La musique baroque dans Monsieur de Pourceaugnac

Le Théâtre de l’Éventail représentera Monsieur de Pourceaugnac, version comédie-ballet, en collaboration avec l’ensemble La Rêveuse, au Théâtre de l’Épée de Bois (La Cartoucherie, Paris) du 8 juin au 2 juillet 2017.

Dans ce spectacle, la musique composée par l’italien Jean-Baptiste Lully vient accentuer les effets comiques de la pièce et joue un rôle à part entière.

monsieur-de-pourceaugnac-fiasco-prod

Le compositeur Jean-Baptiste Lully

Contemporain de Molière, Lully est né à Florence en 1632 et est décédé à Paris en 1687. Arrivé en France à l’âge de treize ans, il montre très vite des aptitudes exceptionnelles dans les arts et la musique. Ce don est remarqué par le roi Louis XIV qui le prend rapidement à son service, en raison de ses talents de violoniste et de danseur. Après avoir reçu le titre de compositeur de musique instrumentale, Lully devient membre des Vingt-Quatre Violons du roi et s’imprègne de la musique orchestrale française.
Il compose de nombreux ballets de cour puis commence à collaborer avec Molière dès l’année 1664 sur une série de comédies-ballets, parmi lesquelles figurent Le Mariage forcé (1664), George Dandin (1668), Monsieur de Pourceaugnac (1669) et Le Bourgeois gentilhomme (1670).

Son travail avec Molière une fois achevé, il décide de se concentrer sur l’opéra jusqu’à sa mort. Le premier de ses opéras est Cadmus et Hermione (1673) qui regroupe toutes les caractéristiques du ballet de cour et de la comédie-ballet (ouverture, musique pour l’entrée des danseurs, chœurs homophones, danses…).

La musique baroque

Lully fait partie des compositeurs baroques les plus connus, au même titre que Monteverdi (1567-1640), Charpentier (1643-1704), Vivaldi (1678-1741), Rameau (1683-1764) ou Bach (1685-1750).

La musique baroque est un genre qui s’est développé entre la fin du XVIe siècle et le milieu du XVIIIe siècle en Europe. Elle doit son émergence à une réflexion sur la place du discours dans la musique, une volonté de mettre en valeur le texte par la musique, doublée d’un contexte politique et religieux de réformes. Le baroque est ainsi tourné vers l’art vocal et remet en question l’ensemble des principes musicaux qui prévalaient jusqu’alors.

Dans Monsieur de Pourceaugnac version comédie-ballet mis en scène par Le Théâtre de l’Éventail, quatre instruments baroques sont présents : le violon, la viole de gambe, le théorbe, et le clavecin.

Le style baroque ne concerne pas que le domaine musical. Il s’est étendu à l’ensemble de la sphère artistique et se caractérise principalement par le mouvement et les contrastes.

Monsieur de Pourceaugnac

L’Ensemble La Rêveuse

Dans la version comédie-ballet de Monsieur de Pourceaugnac mise en scène par Raphaël de Angelis, c’est l’ensemble La Rêveuse qui a pour mission de recréer l’univers musical baroque de Lully.

Fondé par le luthiste Benjamin Perrot et la gambiste Florence Bolton, La Rêveuse est un ensemble composé de musiciens et chanteurs solistes, qui s’attache à redonner vie à la musique instrumentale des XVIIe et XVIIIe siècles.

la-reveuse-pourceaugnac

Les enregistrements de l’ensemble ont tous été salués par la critique française et internationale.

Souhaitant créer des liens entre les différentes pratiques artistiques, l’ensemble a l’habitude de travailler avec le monde du théâtre. Il a par exemple participé à différents spectacles avec Benjamin Lazar et le Théâtre de l’Incrédule (L’Autre Monde ou les Etats et Empires de la Lune de Cyrano de Bergerac), Louise Moaty (Les Mille et Une Nuits), Catherine Hiegel et François Morel (Le Bourgeois Gentilhomme).