Le Médecin malgré lui

Le Médecin malgré lui est la deuxième création du Théâtre de l’Éventail. En montant cette œuvre, l’idée était de poursuivre le travail de la compagnie sur la tradition (la farce française et la commedia dell’arte), le théâtre populaire (l’itinérance) et la vie de troupe.

Le Médecin malgré lui Molière

L’histoire du Médecin malgré lui

Le thème général est des plus simples : une femme (Martine) battue par son mari (Sganarelle) cherche à se venger et fait croire à des tiers que bien rossé, il s’avouera médecin.

Contraint par la force, le médecin « guérit » une fausse muette (Lucinde) en lui rendant son galant (Léandre). Il n’échappera à la fureur du père de la jeune fille, partie avec son amoureux, que par le retour inattendu du couple.

Molière, la farce et la commedia dell’arte

Le Médecin malgré lui est une comédie en trois actes écrite par Molière en 1666. Suite à l’échec rencontré avec Le Misanthrope, Molière, en chef de troupe, décide d’écrire une farce afin de retrouver le chemin du succès. Aujourd’hui, Le Médecin malgré lui est l’une des pièces de Molière les plus jouées.

Avec cette pièce, Molière revient à la farce, genre théâtral qui l’a amené à être soutenu par le roi Louis XIV en 1658 à la suite de la représentation du Docteur amoureux, une pièce aujourd’hui perdue.

Pendant plus de dix ans, Molière a également joué des farces de manière itinérante en province avec sa troupe L’Illustre Théâtre. Les pièces qu’il jouait alors étaient des farces en un acte, issues de la tradition de la farce française et influencées par la commedia dell’arte. La Jalousie du Barbouillé et Le Médecin volant sont d’ailleurs caractéristiques de ce genre hybride, avec lequel la tradition dramatique française est renouvelée par l’influence des Italiens.

Le Médecin malgré lui est tout à fait représentatif de ce genre hybride. En effet, si Martine, Jacqueline, ou Lucas sont des personnages typiques de la farce française, Géronte, Lucinde, et Léandre appartiennent aux types italiens conventionnels. Le personnage principal, Sganarelle, est lui hybride. Dans la première partie de la pièce, il est un personnage caractéristique des farces françaises (un fagotier), puis agit comme un zanni (un valet) de la commedia dell’arte.

Ainsi, avec Le Médecin malgré lui, c’est dans une souple intrigue à l’italienne avec des lazzis, ces jeux de scène burlesques caractéristiques de la commedia dell’arte, que se coule la farce française.

Note d’intention du metteur en scène

Pour créer Le Médecin malgré lui, Molière s’est largement inspiré des pièces qu’il jouait avec L’Illustre Théâtre en province. Il en a repris les fondements et les a développés.

Le Médecin malgré lui comporte en effet une portée sociale indéniable et nouvelle dans l’oeuvre de Molière.

Ainsi, la médecine dont se moque Molière, contrairement à l’idée reçue, n’est pas la médecine de son temps. En réalité, Molière a participé à un combat qui opposait alors les médecins de la Faculté de Médecine, dont Molière se moque ironiquement, à d’autres médecins qui s’efforçaient, eux, d’être scientifiques et de servir la raison.

Malgré les apparences, ces conflits ne sont pas dépassés. Si Molière nous fait encore rire de la crédulité des patients et de la vanité des médecins, c’est parce que nous avons à la fois le sentiment rassurant que tout cela est bien loin de nous, mais aussi la conviction que, malgré ses progrès, la médecine et les rapports que les patients entretiennent avec elle n’ont pas changé autant qu’on voudrait le penser.

L’éternel conflit entre la foi et la raison, entre la science et la magie, est toujours d’actualité. Les rôles se sont simplement inversés. La Faculté défend le camp de la raison et de la science contre des médecines aux fondements douteux.

Aujourd’hui, les crédulités et les croyances fleurissent partout, des astres aux plantes, des marabouts aux magnétiseurs, des gourous à la théorie du complot. Peut-être le rire est-il l’alternative la plus sérieuse pour s’opposer à l’honorabilité grotesque dans laquelle nous enferment les croyances et les superstitions.

C’est tout du moins le parti que nous avons pris : celui de poursuivre notre travail sur le théâtre de tréteaux, le masque, la farce, la commedia dell’arte et le grotesque insolent qu’ils entraînent.

Molière et la tradition théâtrale

Molière est un des plus grands auteurs français. Il fait partie du patrimoine culturel de notre pays. Le génie de cet auteur est d’autant plus frappant lorsque ses pièces sont jouées dans l’esprit dans lequel elles ont été écrites, et c’est particulièrement vrai pour Le Médecin malgré lui.

Cette pièce, par ses inspirations (la farce française et la commedia dell’arte italienne) appartient non seulement à notre patrimoine culturel mais aussi à une tradition théâtrale.

Ce travail sur la tradition théâtrale est le fondement du Théâtre de l’Éventail, commencé avec La Jalousie du Barbouillé et du Médecin volant. Ainsi, ce spectacle s’appuie sur les codes de la commedia dell’arte (décor, costumes, masques), tout en gardant présent l’esprit de la farce française.

L’équipe du Médecin malgré lui

Mise en scène : Raphaël de Angelis
Comédiens : Brice Cousin, Raphaël de Angelis, Linda Massoz en alternance avec Romane PortailNastasia Berrezaie et Paula Dartigues, Cécile Messineo, Nicolas Orlando en alternance avec Anthony Diaz et Kim Biscaïno, Maxime Vambre.
Masques :
Den


Ce spectacle est coproduit par la Ville de Pézenas, et le Théâtre de l’Epée de Bois (Cartoucherie, Paris 12ème).
Production portée par la Région Centre.
Le Théâtre de l’Éventail est conventionné avec la Ville d’Orléans, bénéficie du soutien du Conseil Départemetal du Loiret et membre du collectif 108.


Télécharger le dossier de présentation

Presse et public : ils parlent du Médecin malgré lui

PROFESSIONNELS : fiche technique du spectacle