Le Petit Chaperon Rouge

PCRLogosL’histoire du Petit Chaperon Rouge

Ce premier spectacle destiné au jeune public est une adaptation du fameux conte au théâtre. En effet, il ne s’agit pas de conter l’histoire du Petit Chaperon Rouge, mais de l’incarner, de donner vie aux quatre personnages de ce récit, la Mère, le Petit Chaperon Rouge, le Loup et la Grand-mère.

Le Petit Chaperon Rouge est le conte d’avertissement par excellence. Le thème est à la fois très simple et essentiel : les enfants et le danger, auquel par leur naïveté, leur innocence, et leur fragilité, ils sont exposés. Cette mise en garde a une vraie portée universelle puisque chaque continent connait sa variante du Petit Chaperon Rouge.

L’adaptation de ce conte est fondée sur une version déjà existante et assez répandue, dans laquelle le Petit Chaperon Rouge parvient à se tirer des griffes du Loup grâce à son ingéniosité. Cette vision optimiste met en valeur l’idée que l’on peut trouver un moyen de résister à l’agresseur même dans les situations les plus critiques.

Le Petit Chaperon Rouge est surtout un conte ludique. Les enfants peuvent s’identifier facilement à ce personnage qui leur ressemble. En effet, Le Petit Chaperon Rouge a une mission simple, que l’on peut confier facilement à un enfant : apporter un panier à sa grand-mère malade. Il n’est confronté à aucun événement surnaturel : pas de fée, de sorcière ou de métamorphose dans ce conte. Finalement, Le Petit Chaperon Rouge est simplement l’histoire d’une mauvaise rencontre, et c’est justement cette identification qui est ludique, car c’est le ressort de toute histoire que l’on raconte pour s’amuser à se faire peur.

Le caractère universel et actuel du conte

Le conte est une base de travail très intéressante car il est éminemment populaire : inscrit depuis des siècles dans notre patrimoine, il a structuré et marque encore de nos jours notre inconscient collectif. Aujourd’hui, bien que nous ne soyons plus une société rurale, un personnage comme le loup ou un lieu comme le bois, restent bien vivants dans l’imagination des enfants, et suscitent mille réactions. Le conte a cette magie, cette puissance archaïque, de venir des fonds des temps et de nous parler encore. Ainsi, les quatre personnages de l’histoire sont des archétypes que nous pouvons imaginer dans tous les pays et à toutes les époques.

La mise en scène du Petit Chaperon Rouge

La scénographie

Elle est conçue pour être légère et s’adapter facilement à différents types d’espaces (salles de spectacles, salles de classe, extérieurs etc…). C’est une scénographie métaphorique, puisque chaque lieu de l’action est symbolisé par un objet : le panier pour la maison de la Mère, des fleurs pour le bois, le lit pour la maison de la Grand-mère.

Les changements de décor se font à vue, les espaces se remplaçant, se créant et prenant vie sous les yeux des spectateurs avec trois fois rien. La naïveté de ce procédé s’accorde avec le conte, qui est lui-même une forme primitive.

La scénographie n’est pas entièrement réaliste, ce qui contribue à créer une atmosphère onirique. Par exemple, le lit de Grand-mère est verticale. Elle est également inspirée par les jeux d’ombres, comme ceux crées par les lanternes magiques, pour donner une impression de mouvement, et traiter les moments où les personnages se déplacent.

Les personnages

Les personnages sont des archétypes que l’on peut identifier très facilement grâce à un élément de costume caractéristique : un tailleur pour la Mère, une veste à capuche pour la petite fille, des lunettes et une blouse pour la Grand-mère.

Le Loup a quant à lui un traitement particulier, puisqu’il est masqué et a une silhouette de dandy.

petit-chaperon-rouge-header

Le travail corporel inspiré de la commedia dell’arte

Fidèle au travail initié par la compagnie, le jeu des acteurs est physique, en particulier en ce qui concerne le rôle du loup, qui est masqué et dont le jeu se rapproche beaucoup de la commedia dell’arte.

La mise en scène laisse d’ailleurs la place à ce qu’on appelle des lazzis, c’est-à-dire à des jeux de scène physiques issus de l’improvisation, qui permettent aux spectateurs d’oublier, pendant un court instant, l’intrigue pour mieux y revenir ensuite.

Le traitement du son : une immersion dans le spectacle

L’objectif est de travailler sur les perceptions du public et de créer un espace sonore pour chaque lieu de l’histoire. Ainsi la forêt n’est pas seulement représentée par le décor, mais aussi par le bruit. Ces bruitages sont effectués par les comédiens en direct à l’aide d’instruments de musique pour enfants (xylophone, flûte, concertina…), et de techniques de bruitages traditionnels.

Ce traitement du son, simple et amusant, est surprenant par son efficacité. Il permet de faire voyager le spectateur et de stimuler son imagination.

Les chansons

Le spectacle est ponctué de chansons qui sont interprétées par chaque personnage. Ainsi, il y a la chanson de la Mère qui averti son enfant du danger qu’elle peut encourir dans le bois, la chanson du Petit Chaperon Rouge insouciante et joyeuse, celle de la Grand-mère malade, et celle du Loup digérant la Grand-mère et impatient du grand festin en prévision.

Il s’agit de comptines qui permettent de caractériser les personnages. Elles donnent aussi des respirations au spectacle.

SPECTACLE JEUNE PUBLIC À PARTIR DE 4 ANS


L’Equipe du Petit Chaperon Rouge

Mise en scène : Brice Cousin et Cécile Messineo

Comédiens : Nastasia Berrezaie (en alternance avec Kim Biscaïno), Brice Cousin (en alternance avec Alain Carbonnel), Cécile Messineo (en alternance avec Tamara Al Saadi)

Masque : Den
Graphisme : Elise Ruprecht


Télécharger le dossier de présentation

Presse et public : ils parlent du spectacle

> PROFESSIONNELS : télécharger la fiche technique du spectacle